Latest Entries »

comme j’ai perdu celui de l’écriture d’un livre qui suivait l’actualité au jour le jour…

Le 26 mai,j’ai subi un grave accident vasculaire, une dissection de l’aorte. Par l’enchaînement heureux des circonstances,par la compétence et l’attention des soignants à qui je dois une gratitude sans bornes, par la présence de Mireille, j’ai pu franchir cette passe-là. Ceux de mes  visiteurs en réanimation m’ont décrit comment une batterie de capteurs m’entourait, les sinusoïdes sur les moniteurs, les tuyaux qui m’entraient dans les corps et ceux qui en sortaient par tous les orifices…Je me souviens plus des hallucinations qui m’assaillaient, de la fixité de la pendule en face de moi tout au long de ces cinq jours, du sentiment de n’être qu’un bout de viande mais objet de sollicitude.

Tout ceci, je l’écrirai plus en détail. Je m’interroge si je dois intégrer cette expérience dans mon livre en cours; auquel cas, ma fin prévue interviendrait plus tôt.

Je n’aime pas mon personnage, ce commandant Barsac, un activiste dangereux qui m’emprunte cependant un peu. Va-t-il me phagocyter?

quartidi 24 thermidor jour de l’aunée

Des vies parallèles: Ludovic Daim

des tranches de vies qui me rappellent le boulot par le directeur du Pays roannais. Libre édité par LGO  qui sortira bientôt mon Bonnier: La purée dans la mousseline ayant Tarare pour cadre.

Pour Pentecôte, au Bois d’Oingt, c’est la vogue. Il y a quelques années encore, trois jours où l’on rencontrait les gens du village. On s’attablait pour manger le pâté de vogue aux terrasses des cafés qui débordaient sur la rue et on regardait passer la course. Et les parents de Mireille recevaient cousins, cousines…

Ce matin, je suis allé acheter un pâté de vogue à la frangipane. Les pâtés de Lucien Micoud, pruneaux/frangipane appartiennent désormais aux souvenirs.

Et dans l’après-midi, je regarderai le match à la télé avec un sentiment partagé: l’envie que gagne l’équipe de Paris et aussi celle de me réjouir de la victoire des Saracens, équipe partenaire de celle où joue mon petit-fils Jan et pour laquelle il effectuera des animations avec des gamins en difficulté.

Tout ça pour dire que Barsac et Forget, accompagnés de Nathalie Delaunay, mes personnages, assisteront au match. Dans le stade, eux!  On les retrouve dans l’amorce de mon chapitre 28 qui débute par l’exécution du chef d’un parti islamiste au Pakistan et la mort du chef militaire du Hezbollah en Syrie.

Les télescopages lorsqu’on écrit au jour le jour en rendant compte de l’actualité vue par un agent de la DGSE! Forget, plus que Barsac, encouragera le Racing car le nom de Saracens lui reste en travers de la gorge.

Demain, fête de la Terre. Je m’y ferai emmener car conduire m’est encore interdit. Est-ce que je pourrai participer aux deux séances du comité de section, la semaine prochaine?

Tributaire de mon chauffeur, je n’aurais peut-être pas l’occasion d’exprimer mon désappointement à la suite du vote interne. Mais mes postions sont connues.

quintidi 25 floréal jour de la carpe

American Psycho: Bret Easton Ellis

Une relecture d’un livre prêté par l’ami Jean-Jacques Vernier, grand lecteur. De mes bouquins,entre autres. Ses avis et ses conseils me manquent. Et pas que!

Des personnages qui font le courant dominant; petits trous du cul que je lis différemment aujourd’hui.

Je lisais avant les petites lettres sur les emballages des produits pharmaceutiques. Maintenant, nietchevo! Et mes lunettes pour conduire me font voir flou. Alors? Нечего делать?

Attendre encore six mois pour un rendez-vous chez l’ophtalmo?

Le livre se trouve en panne. Je vais y mettre cependant les infos parues dans l’Obs sur les spécialistes du djihad dans les media.

J’ai envie de forcer le trait sur les sauvages de” la religon d’amour”: encore que…voir plus haut.

octidi 18 floréal jour de la corbeille d’or

WIN_20160504_09_32_53_ProEn définitive, c’est un grand bastringue dans un bloc. Je ne sais pas si l’anesthésie a mal fonctionné ou si je suis particulièrement douillet (oui, en fait) mais la chirurgienne s’en est vue.( Wouaf pour cette expression arpitane)

Bon, c’est derrière moi!

Me voilà, par contre, avec une interdiction de conduire pendant 1 mois, soumis au bon vouloir et à la disponibilité de Mireille. Je risque de faire l’impasse sur toutes les séances de l’assemblée des communistes, sûrement sur la conférence de la Société populaire; j’espère que non pour la sortie de La purée…Je pense que ça va se négocier au cas par cas.

quintidi 15 floréal jour du ver à soie

Le dernier Lapon: Olivier Truc

Un personnage de La structure Barsac me quitte alors que je prenais d’affection pour lui à cause de son intégrisme laïcard. Mais bon, il faut bien que l’histoire avance même non étayée (heureusement!) par les événements.

Il fallait que je note cela dans ce lieu de ma mémoire. J’avance cahin-caha (160 pages en Garamond 12 interligne 1,5). Je vais mettre un peu de l’érotisme que l’on me demande, raison pour laquelle j’ai introduit cette lieutenant si blonde qui va occasionner des ravages.

En cette fin de mois, il était bon que je fasse le point sur La Structure Barsac 2.

S’agissant de mes publications, j’attends la sortie du recueil de nouvelles et celle du Bonnier à Tarare dont on me dit que ce serait en mai. Jacques Bruyas montre sur FB l’exemplaire de celui écrit avec Ch Bellegueule. Je m’interroge sur le format, il me répond que ce sera la norme des Bonnier. J’aimerais bien pouvoir corriger les épreuves avant le 3 mai, date de l’opération de l’œil. Quant au Collecteur, rien ne presse mais je voudrais savoir si l’importation au format rtf a réussi.

Donc, à Arnas, de devrais pouvoir signer trois trucs au moins.

Inc’h Allah! Non, je déconne!

nonidi 29 germinal jour de la myrtille

Le requiem des abysses: Maxime Chattam

des descriptions comme n’oserait un gamin de troisième. Une intrigue…euh! une intrigue…

Mapuche: Caryl Féret

Il paraît que c’est un bon. Il joue l’exotisme aussi.

Le retrait de Chattam était un poisson d’avril mais je maintiens que ça ne vaut pas un clou.

“Participation” aux Quais du polar.

Nous nous y retrouvons cinq ce dimanche et personne ne passe vers nous. Je regarde ensuite la programmation officielle qui indique seulement l’enquête dans le cadre du musée gallo-romain.

Une occasion d’y retourner pourrait-on se consoler et aussi celle de partager avec des collègues. F à qui j’ai acheté deux bouquins n’a pas regardé un des miens. Indifférence ou mon appartenance?

J’aurais dû signaler à mes contacts sur Lyon ma présence. Un de mes fils se trouvait à côté mais ne la savait pas.

La prochaine fois, je m’inquièterai des conditions de l’accueil. La personne préposée pour s’était mise en quatre mais nous étions là comme comme des cheveux dans la soupe. Et quant à lutter contre ceux qui vendent…

Absence aussi de nos éditeurs.

quintidi 15 germinal jour de l’abeille

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.