Latest Entries »

Ecriture aujourd’hui de plus de trois pages. Les souvenirs reviennent,encore que je ne veuille m’appesantir sur la  partie médicale que comportera le bouquin.

Hier, fatigue à la Fête de la Terre où j’ai mangé un peu plus que d’habitude et bu deux verres de vin entrecoupés d’eau. Plaisir de revoir quelques camarades.

Si ça veut rire, je terminerai avant la date du 14 juillet qui sera celle avec un an de recul de la fin à écrire.

Il y aura, entre temps, l’opération de Mireille, le scanner et la visite ensuite au chirurgien. Inc’h Allah! comme ils disent.

Je me replonge dans cette actualité d’il y a un an. peut-être me faudra-t-il acheter des articles de journaux si Wiki ne suffit pas.

Tant de choses se sont passées!

tridi 3 prairial jour du trèfle

Implacables vendanges: Philippe Bouin

Comme pour le précédent,la truculence forcée, l’abus des mots du lyonnais comme plus personne ne le parle, les personnages stéréotypés et les références à l’actualité sans explications dans le corps du texte ou en notes….ne me permettent pas d’entrer avec plaisir dans le bouquin.

Structure Barsac 2

J’avance à cha peu! Il me faudra encore l’aide de mon infirmière pour des tas de détails que j’ai oubliés.

Macron

Au moins, il aura suscité l’hilarité chez ceux qui ne sont guère d’illusions sur la sincérité des politiques. Comme ils se défont de toute dignité pour un poste, pour une risette.

Et je ne résiste pas au plaisir de réécouter ce texte assez prémonitoire:https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-francois-morel/le-billet-de-francois-morel-15-avril-2016

Je m’y suis vraiment remis d’autant plus que j’ai envoyé à une de mes infirmières de réa qui accepte d’aider ma mémoire le début de ce bouquin interrompu le 26 mai dernier. Dans un ersatz de conversation par le truchement de Facebook, je trace à gros traits un vague plan qui m’en fixe la date de fin: l’attentat du 14 juillet à Nice.

Pour que foire l’avenir du commandant Barsac avec de la crédibilité, il me faut faire mourir quelqu’un, ce dont je ne me dépatouille pas facilement. Je bute sur le comment il l’apprend depuis deux jours. Comme je crains le pathos et la perte du style que je veux donner au bouquin, je m’efforce de relire les pages qui précèdent.

Un sait s’y retrouver, avec une drôlerie que je trouve un peu factice avec des effets faciles, c’est l’auteur de polars qui se déroulent près de chez moi.

Je comprends pourquoi j’entre pas aussi facilement que le voudrais en cherchant sa bio sur Wikipedia (il s’y trouve,lui!): mon auteur est Belge et comme dit le dicton” Tout y peuvent pas être de Lyon, il en faut ben qui soillent d’ailleurs!”

Les sorciers de la Dombes: Philippe Bouin

téléchargement

J’en ai pris un autre à la médiathèque et il me revient que j’en avais lu un troisième avec Sœur Blandine.

Décadi 20 floréal jour du sarcloir

Content d’y participer. Mais j’ai évité de trop parler aux camarades à fond dans le vote. J’avais fait savoir que ça serait sans moi, je n’oublie pas le nombre de fois où Macron m’a mis dans la rue ni que je me préparais pour aller à la manif quand ça m’est arrivé.

Sinon, d’en revoir quelques-uns m’a réjoui.

Viscères: Mo Hayder

Selon moi, pas vraiment son meilleur. Pour Josette qui me lit,moi je m’améliore.

duodi 12 floréal jour du sainfoin

Sous la glace: Camilla Grebe

Intrigue pas trop  mal. Une “suéderie” comme d’hab avec , en plus, de la psychologie de bazar avec histoires de famille. Moi, je préfère aller directement dans le gras.

 

Les boyaux rouges: Jacques Bruyas

Des anecdotes sur des villages beaujolais avec le style habituel de Jacques.

 

J’en lis plus que je n’écris ici. D’ailleurs, je vais recommencer à alimenter ces billets maintenant que j’écris à nouveau. J’ai introduit mon expérience (édulcorée car bien des moments appartiennent à Mireille) de dissection aortique. J’ai demandé à l’infirmière qui m’a accompagné durant la réanimation qu’elle supervise et me rappelle des faits que j’ai oubliés. Merci encore à elle.

Le Bureau des Jardins et des Etangs: Didier Decoin

*

J’ai retrouvé une personne qui a promis de m’aider à revivre des moments de ma vie que je vais transcrire pour finir le bouquin en route.

Les nuits de San Francisco: Caryl Férey

Lecture approfondie de que j’ai déjà écrit. Je suis à la recherche des notes qui ont disparu, je ne sais comment.

Retrouver bientôt les amis de l’UERAA à Lyon.

Condor: Caryl Férey

Un bon polar politique comme je les aime. Celui-ci, dans les soubresauts d’un Chili après Pinochet.

Du même, j’avais apprécié Mapuche dans l’Argentine post-dictature.

Je commence à relire sur mon téléphone les 170 pages du tome 2 de Barsac. Donc, ça va redémarrer incessamment sous peu!

La fille dans le brouillard: Donato Carrisi

Par l’auteur du “Chuchoteur”. Belle intrigue mais pas trop de souci de la “reconstitution historique”.

Il y a longtemps que je n’ai pas alimenté ces pages. Je vais peut-être m’y remettre avant d’attaquer la fin de Barsac.

Quant aux livres lus, j’en ai aligné quelques-uns qui m’ont peu marqué et que je n’ai pas notés.

Les forces aussi. Je me replonge donc dans ce que j’écrivais au moment de ma dissection aortique.

Je crois que je vais intégrer cet accident dans mon récit dont je suis à la recherche d’un chapitre 29 déjà écrit mais fourré je ne sais où.

tridi 13 nivôse jour de l’ardoise

et nous sommes dont en l’an 2017 ou CCXXV